mardi 12 mai 2015

LES AUTRES, UN ABÉCÉDAIRE... (fin)

Une proposition de Mercedes, le 8 mai 2015

Dans cette dernière partie les documents sélectionnés vont représenter des oeuvres datant des débuts du cinéma documentaire à l'appropriation, depuis les années 70, de " l'image en mouvement" par les artistes contemporains.

Aparté : Extrait de l'image-mouvement de Gilles Deleuze 1983 " La crise de l'image action" présenté par Jean-Baptiste Thoret, sur le Forum des images.

Par ailleurs, j'ai utilisé la lettre "x" pour m'en servir comme une sorte de Joker et glisser parmi les travaux des documentalistes, deux documentaires à propos du documentaire.
Les trois dernières lettres X, Y, Z de l'abécédaire vont à la fois nous permettre de parcourir ce qui définit le documentaire et boucler cet exercice en nous projetant vers de nouveaux horizons.
En effet, il existe encore un autre chemin à emprunter... celui que depuis quarante ans suivent les vidéastes. Leur travail possède à mes yeux une parenté passionnante avec le documentaire de création. Yang Fudong et Zhao Liang, tous deux jeunes artistes contemporains chinois en sont deux de leurs représentants. Ils permettent à ma proposition d'ouvrir une fenêtre vers cette autre pratique de la narration visuelle encore assez peu diffusée.

R comme Récréations / réal. Claire Simon, 1992. -  Cote : 370 RECR

" Pour la réalisatrice, la cour de récréation est le lieu qui permet de mettre à l'épreuve les questions les plus essentielles : " Comment je fais avec l'autre? (...) Comment vit-on ensemble?...Est-ce qu'il y a une alternative à vivre ensemble, comme l'état de nature ou je ne sais pas quoi? (...) On est là et on joue la vie avant de la vivre. C'est là qu'on va la vivre au plus fort, dans un endroit dont on sait qu'il est relativement peu dangereux. Donc c'est une scène de théâtre." Elle ajoute : Il faut que ce soit libre la récréation, c'est fondamental. Pour les enfants, c'est la première fois de leur vie qu'ils s'essaient à la liberté." Claire Simon se défend d'avoir fait un film de recherche ou un film à usage pédagogique."
Article complet : ICI

S comme el sol del membrillo = Le songe de la lumière / réal. Victor Erice, 1992. - Cote : 791.43 ERIC/1

" Automne 1990, à Madrid. Le peintre Antonio López García commence un nouveau tableau dans le jardin de sa maison. Il choisit un thème qu'il a maintes fois traité par le passé,la maturation de l'arbre fruitier, et s'intéresse à un cognassier qu'il a lui-même planté."

Suite : ICI

Le film obtient : le Prix du Jury et prix FIPRESCI (Fédération Internationale de la Presse Cinématographique) au Festival de Cannes 1992.
Antonio López García (1936) est le peintre espagnol vivant le mieux vendu et l'un des principaux représentants de l'hyperréalisme en Europe. En 2015 il est exposé au Palais Chiericati à Venise : The Silence of Reality. The Reality of Silence

T comme Touati, Daniel / Frère et soeur, 2014. -  Cote : 159.94 FRERE 

" Frère et soeur est une immersion dans la relation complice et complexe de Cyril, cinq ans, et de sa soeur Marie, huit ans."

Suite : ICI
En savoir PLUS 


U comme l' Usage du monde / Les films du Musée du Quai Branly, Paris. - 2001-2009
Une collection de films documentaires, dirigées par Stéphane Breton, cinéaste et ethnologue.

Cote : 305.8 USAG/1 et 305.8 USAG/2

" Il ne s'agit pas de films ethnographiques ou scientifiques aux sens strict, descriptifs, pédagogiques, objectifs et distancés, reposant sur une thèse, un discours ou des explications. Les réalisateurs ont choisi au contraire de s'inspirer de la tradition intellectuelle et littéraire du voyage philosophique. [...] Ce choix est très exactement celui du cinéma documentaire dans ce qu'il a de meilleur. Celui qui film est présent dans la scène, au milieu des gens qu'il regarde [...]. Le film n'est autre chose que son propre regard, le récit de sa propre présence et de sa position."

Article complet : ICI

V comme Vertov, Dziga / L'homme à la caméra, 1929. - Cote : 791.4 VERT/1

 " Si le jeune Denis Kaufman (1895-1954) se choisit un peseudonyme à la résonance futuriste, c'est qu'il entend ne pas ressembler aux "cinéastes, troupeau de chiffonniers qui fourguent assez bien leurs vieilleries". Epris de modernité, intimement convaincu par l'utopie communiste, il assigne au cinéma un rôle tout autre que de substistuer, fût-ce avec talent, au théâtre bourgeois. [...]
Dès ses premiers films sur la guerre [...] il resta fidèle à une idée du cinéma, qui s'apparente au documentaire et aux actualités, mais y ajoute toujours une touche poétique et personnelle, et s'assimile à un art de l'essai. L'Homme à la caméra, réalisé à la veille du pasage au parlant, est le plus abouti des essais ; c'est même un manifeste du "ciné-oeil" ... [...]

Article complet : ICI

W comme Wiseman, Frederick / At Berkeley, 2013. - Cote :  378 ATBE

 " Si les quatre heures du film permettent d'aborder ces multiples facettes, le cinéaste fait néanmoins un choix aussi périlleux que finalement décisif : consacrer une bonne moitié de l'ensemble de ses séquences à des réunions où sont discutés entre personnels concernés les multiples problèmes de tous ordres qui doivent être réglés pour que vive et prospère une institution comme Berkeley, dans un contexte de violente diminution des ressources publiques allouées par l'Etat de Californie."
Suite : ICI

Parmi sa longue filmographie mon choix s'est porté tout naturellement sur ce film dont le sujet rejoint ce qui, pour notre propre institution, va marquer l'année 2015 à savoir le renouvellement de l'équipe du rectorat et, en ce qui concerne la carrière de F. Wiseman la nomination de son dernier film National Gallery pour le meilleur film documentaire au César 2015.

À cette occasion voici un entretien avec le réalisateur ( 15 min.)



X comme .... joker !!!
.. en algèbre, pour résoudre l'équation, elle désigne l'inconnu, elle équivaut au vide, à toutes les définitions, à la lettre blanche, ...
Transposant sa particulière identité dans l'abécédaire, je vous propose de découvrir : deux documentaires à propos du film documentaire.

1. Le cinéma documentaire, 2003. -  Collection l'Eden cinema. - Cote : 791.4 CINED

" Ce DVD propose un film : " Le documentariste et ses outils à travers le âges", un portfolio, deux courts-métrages documentaires : " Les Raquetteurs" de Gilles Groulx et Michel Brault et "Beppie" de Johan van der Keuken, et une anthologie de 28 extraits de films documentaires organisés en deux modules: " Les grands courants historiques" de ce cinéma et "La place du cinéaste" dans son film.

2.  Cinéma documentaire, fragments d'une histoire / réal. Jean-Louis Comolli, 2014. - Cote : 791.4 COMO/2
 
" A travers des extraits de films de Dziga Vertov, Joris Ivens, Auguste et Louis Lumière, Johan van der Keuken, Jean Rouch ou Robert Flaherty, Jean-Louis Comolli y évoque, en des termes simples et sur un mode synthétique, quelques questions fondamentales relevant de la technique, de l'esthétique, de l'éthique et de la politique. Rappelant notamment que la mise en scène a toujours occupé une place égale dans le documentaire et la fiction..."

Article complet : ICI

Y comme Yang Fudong : cinéaste expérimental / réal. Marco Wilms, 2007. Cote : 791.430 9 Fudo
Extrait du film:

" Accéder à une oeuvre d'art c'est comme ouvrir une porte. La vie offre beaucoup de clé, mais il arrive que certaines portes soit difficiles à ouvrir. Si l’œuvre nous plaît et que l'on se laisse emporter on aura aucun mal à déchiffrer le code à ouvrir la serrure par contre si on ne l'aime pas l'ouvre ne se révèlera pas." Yang Fudong "Shangaï le coeur battant du capitalisme vit à toute allure l'y règne une animation et une activité frénétique. Dans les films de Yang Fudong les gens vivent à un autre rythme, dans un monde différent, un monde régit par la lenteur et qui permet aux émotions de s'exprimer. " [...]


En savoir PLUS
Critiques : ICI et ICI
En 2010, une célèbre marque italienne de luxe commande à l'artiste une vidéo de promotion 

Z comme Zhao Liang / Trois films documentaires, 2009, 2007, 2001. Cote : 915 ZHAO

 À propos de "Crime et châtiment" :
"Avec méthode et un soucis de perfection qui frise l’obscénité, les hommes de la police frontalière chinoise replient leur matelas et se préparent à entamer leur journée de travail. Dans cette zone montagneuse et boisée, à l'orée de la Corée du Nord, les jours se suivent et se ressemblent pour ce substrat rigide des forces de l'ordre du géant communiste, engoncé dans l'ennui et la bureaucratie forcée. Pour tuer le temps, les hommes se transforment de menus larcins en affaires d’État." 
Suite ICI
Sur le site de l'INA, un extrait
Et en Bonus à propos de la 56ème Biennale de Venise 2015
 

Aucun commentaire: