jeudi 8 mai 2014

FAIRE SON CINÉMA - ENTRE FICTION ET DOCUMENTAIRE

une sélection proposée par Mercedes, le jeudi 8 mai 2014


Part II. Entre fiction et documentaire
Cette fois, par le procédé de la mise en abîme, le réalisateur scénarise sa propre histoire, ou les souvenirs qu’il en a, pour écrire un film, tourner sa vie ou construire son oeuvre. Il interprète parfois son propre rôle, ou choisit un alter-ego. Qu’il choisisse la forme réaliste du documentaire ou celle du cinéma d’auteur, sa principale référence n’est que lui-même. Dans l’élan de ses confessions c’est dans sa vie qu’il puise le matériau de son inspiration.


Valse avec Bachir / réal. Ari Folman, 2008

Cote : 791.43 FOLM/1
 
Retour en Normandie / réal. Nicolas Philibert, 2006

Cote : 791.4 RETO   


My little princess / réal. Eva Ionesco, 2010  

Cote : 791.43 IONE/1


Les plages d’Agnès / réal. Agnès Varda, 2008 

Cote : 791.4 VARD/2

> Lien vers les Cahiers du cinéma  N°640, décembre 2008 p.35-36


Un voyageur / réal. Marcel Ophuls, 2013 

Cote : 791.4 OPHUM/1


Devant la page blanche, l’auteur choisi parfois de s’exposer avec évidence, d’autre fois il s’affichera plus discrètement. Depuis de nombreuses années déjà, sous le terme d'autofiction, l'origine de l'oeuvre ou le mystère de l'inspiration a largement été commenté.
À ce sujet : 
  
> Lien vers :  Jenny, Laurent (2003). L'autofiction, Méthodes et problèmes. Genève: Dpt de français moderne