jeudi 6 mars 2014

FAIRE SON CINEMA, REALISATEURS DIARISTES

une sélection proposée par Mercedes, le jeudi 6 mars 2014


Part I. Des images filmées au présent et un récit à la première personne. 
Le premier volet de la sélection s’oriente autour de l’auteur-réalisateur et son expression la plus intime : « me, my self and I ».  
L’exposition de soi au travers de sa propre mise en scène me semble révéler au plus près l’inquiétude du réalisateur, de l'auteur pour son art, faire son cinéma.


Tarnation / réal. Jonathan Caouette, 2004 

 Cote : 800 MOIJ

Journal intime / réal. Nanni Moretti ,1993

 Cote : 791.43 MORE/1

Le filmeur / réal. Alain Cavalier, 2005 


Ceci n’est pas un film / réal. Jafar Panahi, 2011 

 Cote : 791.4 PANA/1

Nan Goldin : in my life / réal.  Paul Tschinkel,1997 ( 28 min.) 

> vers le film en ligne:
 Nan Goldin : in my life /de Paul Tschinkel . - V.O anglaise

"Née aux Etats- Unis en 1953, Nan Goldin met en scène sa vie et celle de ses proches, au cœur des turbulences de l’underground new-yorkais."
« J’ai su très tôt que […] je voulais garder de traces de la vraie vie et ce besoin impliquait que je ne me sépare jamais de mon appareil photo et que j’enregistre tout de la vie de mes amis. Ainsi mon appareil photo fonctionnait comme ma mémoire. » (Nan Goldin)
 

Lost, lost, lost : diaries, notes and sketches, 1949-1963  / de Jonas Mekas

Cote : 791.4 MEKA /4